Essayer, c'est le meilleur moyen d'y arriver !

Essayer, c'est le meilleur moyen d'y arriver.

Nombreuses sont les personnes à penser qu’une invention florissante et révolutionnaire naît telle quelle, pleinement formée et d’emblée exploitable dans l’esprit de son inventeur... presque aussi facilement que la pomme tombe de l’arbre. Ceci est une croyance erronée. L’innovation naît d’une vision forte et structurante et relève davantage du processus itératif que de la révélation immédiate et définitive.

L’histoire nous a montré que derrière chaque grand succès se cachent de nombreuses ébauches, de nombreux essais et échecs. Autant d’ébauches parmi lesquelles peut se trouver LA pépite, celle qui constituera le terreau suffisamment fertile pour faire grandir LA grande idée.

C’est particulièrement vrai pour les start-up du web, dont le processus d’innovation s’appuie sur une démarche itérative accélérée. L’histoire de Pealk, jeune start-up française dont l’application web spécialisée dans la chasse de tête sur les réseaux sociaux et rachetée par Viadeo fin 2012, incarne la puissance d’une foi inaltérable dans sa vision et d’une capacité à toujours rebondir, dans le processus de création.

Avec pour projet d’origine de permettre aux PME de développer leurs exportations en s’appuyant sur des avis de professionnels obtenus sur les réseaux sociaux, la start-up alors nommée FGT Network réalise rapidement que l’utilisation de ces réseaux professionnels à grande échelle se révèle fastidieuse.

Afin de faciliter leur manipulation à une telle échelle, la jeune start-up bricole alors une petite application artisanale, véritable béquille à l’application principale permettant d’automatiser un certain nombre d’opérations.

Alors que les points de blocages techniques se font toujours plus nombreux, que l’intérêt pour le projet initial se révèle faible et que les prémisses de l’échec se dessinent, l’abandon de la première intention de travail apparait inévitable pour la jeune pousse. Dans le même temps, l’intérêt croissant que le public porte à l’application béquille persuade FGT Network de son immense potentiel. Toujours animée par la même volonté de faciliter les usages des réseaux sociaux professionnels et convaincue que cette application leur permettra d’atteindre leur objectif, l’équipe porteuse du projet décide alors de changer de cap pour concentrer tous ses investissements dessus.

Le démarrage de cette nouvelle aventure est très rapide. Grâce à son expérience précédente, la start-up désormais rebaptisée Pealk, dispose déjà d’une bonne compréhension des usages et d’une vision claire de son projet.

Seule ombre au tableau, pour rendre effective l’utilisation de sa nouvelle application, la jeune pousse doit obligatoirement se rapprocher des acteurs des réseaux sociaux professionnels afin de disposer de leur base de profils.

Pealk décide alors de se rapprocher de LinkedIn dont le profil international rassure. Mais alors que ce partenariat semble en bonne voie, le géant américain décide subitement et sans explications de couper l’accès à leur réseau. L’application est paralysée.

Les jeunes dirigeants décident de ne pas abandonner si rapidement leur projet. Persuadés que cette affaire David contre Goliath peut générer un buzz médiatique favorable pour la start-up, ils définissent une stratégie de communication et dénonce publiquement cette histoire. Le résultat ne se fait pas attendre, fort d’une communauté de soutient importante le récit fait beaucoup de bruit et intéresse les médias qui rallient la cause de Pealk.

Pealk parvient à tirer son épingle du jeu et transforme une crise en formidable opportunité de visibilité pour l’application. Dès lors, de nombreuses entreprises s’intéressent de près à l’application. C’est finalement l’offre du géant français Viadeo qui apparait comme la meilleure solution d’acquisition pour Pealk, devenant effectif en 2012... tout fini bien.

La trajectoire de Pealk a été faite de rebondissements, d’abandons et de nouveaux démarrages et autant de profonds bouleversements pour une jeune pousse. Pourtant, à aucun moment elle n’a hésité à «pivoter» quand son modèle ne décollait pas, tout en s’appuyant sur ses acquis pour gagner en réactivité. «Echouer vite, pour réussir encore plus facilement», ne serait-ce pas là le nouveau crédo de la création ?